Survivants13 (ancien "Survie 13 françafrique bas les masques")

29.11.2011

GUY LABERTIT A PROPOS DU BOYCOTT DES LEGISLATIVES: «LES ARGUMENTS DU FPI SONT FONDES»

Filed under: Contributions - apports,COTE D'IVOIRE — kel @ 19:27

GUY LABERTIT.jpg

Dans une interview exclusive accordée au Nouveau Courrier, Guy Labertit, ancien responsable Afrique du Parti socialiste français et vieil ami du président Laurent Gbagbo, évoque l’actualité politique ivoirienne, mais également les derniers développements enregistrés sur la scène internationale, en Libye, dans le Sahel et en France. L’intégralité de notre entretien.


Sept mois après le 11 avril, quel est votre regard sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, dans un contexte où l’on parle de législatives, de réconciliation… et où certains considèrent que les choses sont un peu bloquées ?

La France de Nicolas Sarkozy a joué un rôle premier dans la situation qui prévaut aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Le président français, les autorités françaises ont dit qu’elles étaient intervenues pour, en quelque sorte, imposer la démocratie aux Ivoiriens, faire respecter la démocratie. On constate au bout de quelques mois qu’il n’y a toujours pas de sécurité dans ce pays. Puisque Monsieur Guéant était récemment en visite à Abidjan pour s’occuper des questions de sécurité. On constate qu’il n’y a pas non plus de démocratie. Au contraire, on sent une sorte de retour au parti unique. Les partis d’opposition, en particulier le FPI, ont eu beaucoup de mal à s’imposer. Le FPI tient aujourd’hui des meetings, mais ses tentatives ont dans un premier temps été réprimées. La meilleure preuve de l’absence de démocratie, c’est qu’il a fallu reporter à plusieurs reprises la fin du dépôt des candidatures pour les législatives annoncées le 11 décembre. Tout simplement parce que le principal parti d’opposition, qui a toujours été engagé en faveur des élections, peut difficilement y aller alors que ses principaux cadres sont toujours détenus. Et finalement on s’aperçoit qu’on est dans un pays où officiellement on a des discours lénifiants sur la réconciliation, mais où les actes des autorités ressortent uniquement de la justice des vainqueurs.

Visiblement, vous comprenez le refus du FPI de participer aux législatives dans les conditions actuelles…

Pour l’heure, le FPI rappelle très clairement qu’il a été un acteur majeur du processus démocratique en Côte d’Ivoire. Puisque son premier dirigeant, Laurent Gbagbo, a été le chantre du multipartisme qui a été arraché le 30 avril 1990. Le FPI garde une stratégie électorale, s’oppose à toute résistance armée, mais pour développer sa stratégie, il faut bien que les conditions réelles du respect des droits démocratiques existent dans ce pays. Avec la détention arbitraire de la plupart des cadres du FPI, je pense que les arguments qui sont présentés pour pouvoir participer aux élections présidentielles sont fondés.

Les conditions, vous voulez dire…

Oui, on peut appeler cela des conditions… Moi je me vois mal, en tant que socialiste français, participer à des élections alors que les principaux dirigeants du Parti socialiste seraient détenus. Cela me paraîtrait totalement surréaliste…

En parlant de détention, le pouvoir Ouattara évoque régulièrement un éventuel transfert de Laurent Gbagbo à La Haye, siège de la Cour pénale internationale, disant que cela faciliterait la réconciliation…

J’ai le sentiment qu’au plus haut de la direction de certains Etats, et je suis sûr que le président Ouattara a entendu ce message, des autorités politiques africaines pensent qu’au contraire la libération du président Gbagbo permettrait une vraie réconciliation qui ouvrirait la voie à un contexte permettant à tous les pays de la région de mieux se développer. Parce que la situation ivoirienne pénalise les économies des pays voisins. Il faudra peut-être du temps, mais j’espère que les autorités ivoiriennes prendront à un moment donné conscience de cette réalité qui devrait s’imposer à elles.

Vous pensez que beaucoup de dirigeants africains sont hostiles à cette volonté du pouvoir Ouattara d’envoyer Gbagbo à la Cour pénale internationale ?

Je constate que le président Gbagbo et son épouse ont été détenus en toute illégalité pendant plusieurs mois, que le chef d’inculpation avancé par la justice ivoirienne, c’est «crimes économiques». Ce qui, entre nous, ressort quand même de la farce, puisque l’actuel Premier ministre Guillaume Soro était secrétaire général des Forces nouvelles, lesquelles avaient une Caisse centrale dont on peut dire qu’elle a recueilli environ 250 milliards de FCFA en moyenne du début de la rébellion en 2002 à 2010 sur la base de détournement de cacao, de café, de coton, de diamants, de bois et de taxes en tous genres indûment perçues dans les zones rebelles alors que les FN étaient pourtant représentées dans le gouvernement . Pour l’instant, c’est la seule inculpation officiellement avancée par la justice ivoirienne. Pourquoi n’y en a-t-il pas d’autre ? Est-ce que les autorités ivoiriennes ont conscience que juger le président Gbagbo en Côte d’Ivoire serait peut-être avoir à affronter une véritable vague de protestation qui mettrait en péril le fragile équilibre du pouvoir Ouattara ? Par rapport à la Cour pénale internationale, j’entends des rumeurs en tous sens. Je dois dire que cela me semble plutôt marquer l’inquiétude, l’angoisse des actuelles autorités d’engager un processus électoral avec la présence sur le sol ivoirien du président Gbagbo. On voit bien que le président Gbagbo est détenu, mais qu’il est encore extrêmement présent dans la vie politique ivoirienne. Je crois qu’en fait, toutes les démarches qui sont annoncées en termes de justice internationale sont la marque du désir d’extraire le président Gbagbo du territoire ivoirien. Car quand il y est, il représente encore un poids politique que peut difficilement contenir le pouvoir actuel.

On veut donc le neutraliser politiquement, ôter à ses partisans tout espoir qu’il revienne au centre du jeu politique ?

Rien n’est jamais définitif en politique. Je pense qu’aujourd’hui, ces autorités politiques qui réclament cette justice internationale sont bien conscientes qu’elles-mêmes devraient répondre devant cette justice internationale. Je suis assez conscient que cette fameuse Cour pénale internationale est profondément politique, et qu’elle a souvent rendu des jugements qui ressortaient plutôt de la justice des vainqueurs. Je pense même qu’un certain nombre de juges au sein de cette Cour sont conscients que les autorités ivoiriennes, de fait, devraient également être traduites devant la justice internationale. Les tergiversations viennent de là.

Avant le 11 avril, on vous a entendu dire que le président Gbagbo ne sortirait pas vivant de l’assaut sur sa résidence. Cela veut dire que vous aviez anticipé le pire, une éventuelle élimination physique. Finalement, il est vivant. Mais avec le recul, comment avez -vous vécu ces journées de feu ?

Evidemment, très douloureusement. Lorsque j’ai tenu les propos que vous venez de rapporter, quelques jours avant le 11 avril, je me suis rendu compte qu’il y avait eu des réactions de panique, y compris au niveau des pouvoirs qui voulaient en finir politiquement avec Gbagbo. J’ai reçu des coups de fil assez surprenants me disant : «Mais vous ne vous rendez pas compte, Laurent Gbagbo mort ce serait une catastrophe pour la Côte d’Ivoire !». J’ai d’ailleurs dit à ces interlocuteurs que je me réjouissais qu’ils réalisent la portée dramatique de leurs actes. Je dois aussi dire que certains dans la résidence m’ont dit : «On ne peut pas faire moins qu’Allende !  [le président chilien mort dans le palais de la Moneda, encerclé par les forces du pro-américain Augusto Pinochet]». Ils avaient conscience qu’on voulait en finir politiquement avec eux. Et que les bombardements pouvaient tout à fait atteindre une des cibles : Laurent Gbagbo. D’ailleurs, une plainte a été déposée par ses avocats pour tentative de meurtre. Des pièces de la résidence ont été touchées et détruites par des projectiles français, des pièces où le président Gbagbo aurait très bien pu se trouver et être physiquement éliminé.

Ce ne sont pas seulement les cibles militaires autour de la résidence qui ont été atteintes?

Non, pas du tout. Mais la vérité se fera un jour. Il est évident que les bombardements français, initialement prévus pour empêcher l’utilisation des armes lourdes contre des populations civiles, selon une résolution de l’ONU, n’avaient pas cette finalité. La résolution a été largement violée par la France et l’ONUCI puisqu’il s’agissait au final d’éliminer politiquement voire physiquement le président Gbagbo. Ces bombardements ont occasionné ce que les militaires appellent officiellement des «dégâts collatéraux» dramatiques. Il y a eu de nombreux morts civils et militaires ivoiriens du fait des bombardements de la France. Pour l’instant, c’est une réalité qui est tue. Mais il est évident que vous ne pouvez pas faire exploser deux poudrières à Akouédo, bombarder le camp d’Agban où vivent les familles des gendarmes – et je pourrais donner plusieurs autres exemples – sans que des civils ivoiriens soient tués. La France qui disait vouloir éviter les morts de civils ivoiriens a en réalité elle-même tué ces civils et des militaires ivoiriens.

La campagne électorale en vue de la présidentielle française de 2012 commence bientôt. Pensez-vous que les questions internationales y trouveront leur place, notamment la double question des interventions de la France en Côte d’Ivoire et en Libye, même si elles ne sont pas équivalentes dans l’absolu ?

Vous avez raison de distinguer les deux questions. Notamment parce que le président Gbagbo est un acteur historique de l’avènement de la démocratie en Côte d’Ivoire, alors que le colonel Kadhafi a fait un coup d’Etat militaire alors qu’il avait 28 ans pour renverser un roi. Les deux situations n’ont rien à voir au niveau des processus historiques. Mais les deux cas se rapprochent en ce qui concerne la politique de Nicolas Sarkozy, qui a utilisé l’ONU en Côte d’Ivoire et l’OTAN et l’ONU en Libye avec le Britannique David Cameroun comme premier allié européen. Dans les deux cas, on observe la volonté du camp occidental d’en finir avec des régimes existants. Et ce qui m’a déçu dans l’approche des politiques français, c’est de voir une forme d’unanimité aussi bien sur la question ivoirienne que sur la question libyenne.

Je suis socialiste, et je crois que François Hollande lors de son récent discours d’investiture comme candidat socialiste a rappelé qu’il fallait sortir de la Françafrique. M. Ruffin a publié dans les colonnes du Monde pour le compte de Martine Aubry une tribune intitulée « Pour sortir de la Françafrique ». J’ai envie de dire «chiche !». Mais tout au long de la Vème République, aussi bien la droite que la gauche n’ont pas fait les réformes structurelles qui s’imposent au sein même de l’Etat français pour en finir avec la Françafrique. Je souhaite vivement que la gauche l’emporte en 2012, et si nous voulons vraiment sortir de la Françafrique, il faudra les faire, ces réformes structurelles. Je me suis rendu compte récemment que c’est au sein même de notre diplomatie du Quai d’Orsay que sont choisis les directeurs stratégie de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE,  contre-espionnage). Ce sont les mêmes acteurs qui passent de la DGSE à la direction Afrique du Quai d’Orsay voire à la cellule Afrique de l’Elysée. Je me rends compte que l’action politique de la France en Afrique est définie par les deux seuls centres nerveux que sont l’Elysée et le ministère de la Défense. Il n’en va pas de même pour nos rapports avec l’Amérique latine ou l’Asie…

Il y a un débat au sein de la communauté des Franco-Africains politisés. Certains estiment que la gauche et la droite, c’est blanc bonnet, et bonnet blanc. D’autres estiment qu’il faut voter massivement pour le principal candidat de la gauche pour faire partir Nicolas Sarkozy. Est-il vrai de dire que la Françafrique n’a jamais été remise en cause par aucun parti de gouvernement ?

J’ai été responsable Afrique du PS pendant 13 ans, de 1993 à 2006. Je peux dire que je vois une différence entre la droite et la gauche en Afrique. La gauche, lorsqu’elle était au pouvoir, n’a pas accompli de « coups tordus » en Afrique contrairement à ce que fait la droite. La situation en Côte d’Ivoire, par exemple, s’est dégradée quand Lionel Jospin a été battu aux élections présidentielles en avril 2002 et que la droite a repris l’ensemble des manettes du pouvoir.

Maintenant, le militant socialiste que je suis veut qu’on fasse plus pour sortir de la Françafrique, qu’on fasse des réformes structurelles. Tant qu’elles ne seront pas faites, le mode de gestion de la politique de la France en Afrique ne se différenciera pas de ce qu’on a vu depuis les débuts de la Vème République.

Vous connaissez bien le Sahel. De nombreux chefs d’Etat de cette partie de l’Afrique s’inquiètent  de la circulation d’armes et de combattants après le renversement de Kadhafi. Quelle est la mesure de ces angoisses et comment les juguler ?

Je pense que la politique de l’OTAN conduite par la France, les Etats-Unis et la Grande Bretagne a eu pour conséquence de déstabiliser le Sahel. Je me suis rendu aussi bien au Mali qu’au Niger en septembre et octobre, et j’ai pu constater une grande inquiétude. Notamment en raison de la circulation d’armes dont beaucoup sont dans la nature… ou récupérées par des mouvements rebelles ou intégristes. Les retours précipités dans leur pays de plus de 200 000 Nigériens et d’un grand nombre de Maliens, le manque à gagner lié à la suspension des relations économiques avec la Libye sont une réalité. Il y a aussi un rapprochement entre les mouvements touaregs qui mènent des rébellions récurrentes au Mali et au Niger et des forces intégristes. Je pense que l’Occident a véritablement joué avec le feu. Et on le voit aux incertitudes qui prévalent face à l’avenir de la Libye. Certains responsables sahéliens m’ont dit qu’ils craignent vraiment une «somalisation» de la Libye. Ce n’est pas pour eux une marque de soutien à Kadhafi que d’exprimer leur angoisse face à l’absence d’Etat en Libye.

Pour des pays comme le Mali et le Niger, devoir organiser des patrouilles, dépenser beaucoup d’argent pour la sécurité, tout cela remet en cause leur volonté de prendre des mesures sociales au bénéfice de leur population, en particulier en matière d’éducation et de santé.

Les Etats-Unis se sont empressés de proposer leur aide au Mali, qui a pour l’instant décliné l’offre…

Je m’étonne qu’il y ait une telle présence militaire américaine depuis tant d’années au Mali et qu’il y ait tant de difficultés pour repérer quelques centaines d’hommes. Malgré les moyens technologiques extrêmement sophistiqués mis à disposition…

Il y a quelques années, on parlait beaucoup d’africanisation des capacités de maintien de la paix sur le continent. Quand le PS était aux affaires, le concept Recamp a même été évoqué. Tout cela semble bien loin aujourd’hui, avec l’interventionnisme occidental reconsidéré comme légitime…

Le concept a plus été qu’évoqué…  C’était une autre période par certains aspects. Aujourd’hui, je pense qu’une partie des difficultés du président Gbagbo a été liée à sa volonté d’en finir avec la base militaire française lorsqu’il a constaté que les accords franco-ivoiriens en matière de défense sécurité n’avaient pas été appliqués en 2001 et 2002 lors de tentatives de coups d’Etat destinés à le renverser. Des textes signés en 2008 mettaient fin au 1er juillet de cette année-là à la présence d’une base permanente en Côte d’Ivoire avec le retrait de la force Licorne, puisque la base de Port-Bouët était devenue une base d’appui à la force Licorne qui perdrait toute sa raison d’être avec le départ de celle-ci. Depuis l’arrivée de M. Ouattara, on constate que celui-ci revient en arrière et souhaite le rétablissement de la situation qui prévalait avant juillet 2008. Et là, dans ce domaine, la France a réalisé ce qu’elle voulait. C’est-à-dire maintenir ses bases militaires en Afrique tout en tenant un discours disant «nos accords sont obsolètes et nous allons les revoir avec nos partenaires». Et on s’aperçoit que le nouveau partenaire ivoirien est particulièrement favorable pour remettre à l’ordre du jour le maintien d’une base permanente de la France. Il va même jusqu’à demander que la Côte d’Ivoire soit une base internationale de la lutte contre le terrorisme. Peut-être alors que M. Ouattara n’a plus aucune confiance dans les Ivoiriens, et qu’il souhaite asseoir son pouvoir sur la présence de troupes étrangères en Côte d’Ivoire ?

Vous dites que le retour en force des armées occidentales en Afrique est un moment. Cela veut-il dire que selon vous, cette politique est historiquement condamnée ?

Oui, historiquement, elle le sera. Mais on va assister à des va-et-vient permanents entre des responsables politiques qui veulent faire avancer les choses, aller vers plus de souveraineté, et les forces conservatrices qui voudront maintenir l’ordre ancien. Mais je crois qu’effectivement, même si elle n’était pas très hardie, la politique sous-tendue par Recamp, en matière de sécurité et, qu’il aurait fallu européaniser, pouvait ouvrir une transition qui devait aboutir au retrait total des forces non africaines du continent africain, sous réserve que l’ensemble des acteurs politiques et militaires étaient de bonne foi. Malheureusement, il y a aujourd’hui une forme d’aveuglement, l’expression d’un vertige occidental qui a gagné la gauche à soutenir sans réserve les politiques conduites par la droite en Côte d’Ivoire et en Libye.

 

Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.

Powered by WordPress